«Toutes les reproductions et textes sont tirés du Net»
Aller au contenu

Menu principal :

Artistes





Arthur Villeneuve peintre barbier


Cliquez sur les images pour agrandir
Malheuresement les images viennent de l'internet
et ne sont pas très claires en agrandissement




Arthur Villeneuve, québécois, barbier de son métier, vivant  à Chicoutimi au Saguenay, décida un jour d'accrocher ses ciseaux pour se mettre à peindre.

C'est suite à un sermon du curé, invitant en chaire ses paroissiens à mettre en pratique la Parabole des talents, qu'Arthur sut
.. soudainement qu'il serait peintre. Profondément touché par les paroles du prêtre, il se  mit à couvrir, de peintures et de fresques, les murs de sa petite maison de la rue Taché.
    
Arthur, naît  le 4 janvier 1910 à Chicoutimi. Issu  d'une famille ouvrière, c'est ―  comme beaucoup de jeunes québécois de l'époque ― avec seulement une troisième année scolaire dans ses bagages  qu'à l'âge de 14 ans il se procure un permit de travail.  Il entre alors à la Compagnie de pulpe de Chicoutimi, en tant que journalier. Il   devient bientôt aide-cuisinier dans un camp de bûcherons.
..
.
En 1926 il sera apprenti barbier à l’hôpital de Chicoutimi.
.En 1930, Arthur se marie. Son épouse décèdera  en 1943 après avoir mis au monde trois enfants.  En 1945 Arthur se remarie avec  Hélène Morin qui, avec verve, le suivra jusqu'au bout  dans les temps sombres de l’incompréhension  et des mesquines railleries du public comme dans les moments de gloire.

Dès 1946, Arthur  exécute en autodidacte ses premiers dessins dans un cahier d’écolier et réalise quelques modèles réduits qu’il nomme ses " chef-d’oeuvrages " Ses premières toiles peintes remonteraient à 1953. En 1957, le barbier abandonne son métier  pour se consacrer entièrement à la peinture. Il se donne alors 15 ans pour passer à la postérité.

Il entreprend alors de recouvrir les parois de sa maison de fresques colorées illustrant l’histoire régionale, la géographie locale et sa vision du monde. Tout un bestiaire d’être étranges et démoniaques, émane alors de son délire créatif étonnant pour se répandre sur les parois de la maison.

Il recouvre d'abord  l'intérieur du logis.  Pendant 23 mois, il travaillera jusqu'à 100 heures par semaine pour peindre les 510 m2 de surface que représentent les murs intérieurs, les plafonds et les deux façades de sa demeure située au Bassin, un quartier populaire de Chicoutimi.

C'est au grand désespoir de ses voisins, qu'Arthur entreprend ensuite d'orner les murs extérieurs de sa demeure. On ne comprend pas la passion qui l'habite et le pousse à travailler sur si étrange projet.
.Pour eux, c'est un fou dont la «cabane» ― pourtant une maison québécoise construite à la fin du XIXe siècle ― dépare le quartier. Bien qu'elle soit objet de raillerie dans la rue et la région, la résidence des Villeneuve attire  bientôt l'attention des touristes..

En 1959, Arthur ouvre sa maison au public. Dans son musée,  Hélène, sa femme,  accueille les visiteurs et leur explique la démarche de son mari avant de leur présenter ce dernier, un petit homme timide et réservé. Un des plaisirs de l'exposition est justement une vidéo nous permettant d'assister à l'une de ces visites et d'entendre Hélène se plaindre de manquer d'armoires.

Artiste prolifique, Arthur Villeneuve a également réalisé au cours de sa vie de nombreux dessins et tableaux. Le Musée des beaux-arts de Montréal organise une importante rétrospective de son œuvre en 1972; l'année même où Arthur  est décoré de l’Ordre du Canada. Art naïf ou peut-être art brut, les œuvres créées par Arthur Villeneuve paraissent de source traditionnelle ou pittoresque au premier abord, mais possèdent parfois une  touche surréaliste.

Pendant les années 1990, on assiste à un débat sur la propriété des Villeneuve et la protection de cette maison, qui est alors considérée
..comme faisant partie du patrimoine culturel québécois. Reconnue comme trésor national par le gouvernement canadien en 1993, la maison du peintre Arthur Villeneuve  fut déménagée au musée de la pulperie de Chicoutimi.. On a littéralement construit la remorque sous la maison et on y a ajouté les  roues avant d'entreprendre le trajet. C'est toute la population de  Chicoutimi  en émoi qui suivit, au jour le jour, le lent voyage de  1,4 kilomètres, entrepris par la « maison de l’artiste » vers l’ancien complexe industriel de La Pulperie de Chicoutimi où elle occupe désormais une place unique dans l’histoire artistique québécoise du XXe siècle.

Déjà, à sa mort, en 1990, Arthur Villeneuve était convaincu que sa maison serait un jour déménagée. Il en avait été question une première fois en 1967, lors de l'Exposition universelle de Montréal. Puis, à la fin des années 1980, un professeur de l’Université du Québec à Chicoutimi, Denys Tremblay, avait presque réussi à amener une cloche de verre qui accueillerait la maison sur le site du vaste parc du Vieux-Port récemment complété en bordure du Saguenay.

Le déménagement, effectué à grands frais ne s’est pas effectué sans heurt. La facture totale s’élève à près de un million de dollars, dont 450 000$ pour l’acquisition et les droits d’auteurs, le reste pour le transport, la restauration et la mis en valeur.

Les nombreux opposants à ce « gaspillage éhonté » ont monopolisé les ondes des radios locales et le débat s’est même déplacé jusqu’aux abords de la maison où certains en sont presque venus aux coups, sous les yeux
consternés des membres de la famille Villeneuve.

L'Art naïf peut s'exprimer à travers différentes formes d'art, dont la peinture, la sculpture et l'architecture, et se dissocie généralement de tout enseignement académique. Il se caractérise fréquemment par une représentation candide du quotidien et par l'utilisation de couleurs vives et pures.

.Les artistes naïfs sont autodidactes et leurs œuvres sont souvent empreintes d'une sorte de simplicité enfantine. Ils témoignent également d'une grande spontanéité. Parce que les règles et les techniques de l'Art sont ignorées, la perspective est généralement absente de la peinture naïve, bien qu'on note un soin particulier porté aux détails.

Le terme « art naïf » aurait été utilisé pour la première fois pour désigner les œuvres d'Henri Rousseau,  qui avouait ouvertement ne rien comprendre à la perspective.
Parmi les autres artistes naïfs reconnus, on retrouve Ferdinand Cheval, Séraphine Louis, Adolphe-Julien Fouéré  et André Demonchy.

http://www.onesttousdesartistes.tv/histoire-art/ferdinand-cheval-1836-1924
.

http://www.onesttousdesartistes.tv/histoire-art/henri-rousseau-1844-1910

http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-55/Maison_Arthur
Maison_Arthur-Villeneuve




Pour me contacter:
Dernière mise à jour:
Le 22 Septembre 2017
Conceptrice: Hélène Leclerc
Retourner au contenu | Retourner au menu